Si dans les villes, on fait de l’épargne dans les banques, le petit élevage constitue le système d’épargne au village. Rare sont des familles maliennes où on ne constate pas l’élevage de chèvres, de moutons et de poules. Ce petit élevage sert d’économie aux populations rurales.  A l’issue des petites activités de revenues qu’ils mènent quotidiennement, après les dépenses quotidiennes, hommes et femmes, chacun s’efforce à faire une économie pour s’acheter des animaux qu’ils élèvent. Cela constitue pour eux un système d’épargne parce qu’il est plus facile est plus facile de garder les animaux que de l’argent en espèce.

Cet élevage se fait de façon collective au sein de chaque famille et chacun en cas de besoin urgent, vend un de ces animaux pour arranger ses besoins.   Une partie de cet élevage appartient collectivement à tous les membres de la famille et sont achetés avec l’argent obtenu après la vente de quelques sacs du contenu du grenier commun.  Ces animaux collectifs servent d’économie familiales et sont vendus pour résoudre les problèmes collectifs de la famille : impôts, dotes, soins, et autres petites dépenses. Ils servent également de viande lors des baptêmes, des mariages et d’autres cérémonies familiales et aussi pour bien accueillir un ami venu en visite et des griots pendant leur séjour.

Ces animaux ne sont pas vendus pour n’importe quelle occasion, mais pour des problèmes spécifiques, urgents et nécessaires car on dit bien en bambara : “manger l’héritage petit à petit vaut mieux que de faire un seul grand jour de festin”. Pour cela, on fait toujours recours à la poche à chaque fois qu’on peut se passer de ces animaux. Dans le cas contraire, ils sont là pour et sont vendus ou égorgés.

The following two tabs change content below.
Boukary Konaté
Je suis Boukary Konaté de Bamako au Mali.

4 thoughts on “Petit élevage, système d’épargne au village

  1. vraiment c,est une très bonne chose.les gens de campagne se battent,très très fort pour le developpement de notre pays. j,admire beaucoup la determination de cette communauté.merci et courage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *