Dans les villages, qu’une fille tombe enceinte est très mal apprécié ! C’est très humiliant non seulement pour la fille elle-même, mais également pour toute sa famille. C’est pourquoi, dès qu’une fille attend un bébé, elle commence par avoir de grands soucis et tente toujours de cacher cette grossesse, même si elle sait que tôt ou tard, les gens la découvriront. Au moment où personne ne pense d’ailleurs à cela, les coqs, ennemis ou jaloux de la fille enceinte (je ne sais pas), dévoilent le secret soir !

Que signifie le chant d’un coq pendant le crépuscule ?

Habituellement, les poules se couchent très tôt le soir et ne chantent qu’au l’aube le lendemain matin. Sur ce plan, les coqs constituent d’ailleurs un repère pour ceux qui doivent se lever tôt le matin pour leurs besoins. Mais dès qu’un coq chante pendant le crépuscule dans une famille, les vieilles personnes, assises disent : « Houn » en signe d’inquiétude et de peur parce que le coq vient d’annoncer qu’une fille est enceinte dans les parages. Du coup, les enquêtes commencent en douce par les vieilles personnes pour savoir de quelle fille il peut s’agir. Toute la journée le lendemain, dans la totale discrétion, les vieilles personnes mettent en pratique leurs systèmes traditionnels d’analyses et finissent par connaître avant la fin de la journée, la fille concernée par l’annonce du coq. C’est connu, alors la maman de la fille devient inquiète, car son enfant vient de commettre une grosse erreur. Alors, une grand-mère se charge de questionner la fille enceinte avec des techniques propres à elles et la fille finit par avouer, mais la plupart d’entre elles ne trouvent pas le courage de dire directement le nom de l’auteur qui sera tôt ou tard connu…

Tagged with:
 

DSCN3953
Utiliser les réseaux sociaux pour la promotion de la Planification familiale, c’était le thème d’un atelier de formation à l’intention des jeunes ambassadeurs de la Planification Familiale au Mali. L’atelier initié par Le Groupe Pivot, en collaboration avec les Organisation de la Société Civile et des partenaires financiers s’est tenu dans la salle de conférence du Groupe Pivot du jeudi 26 au samedi 28 décembre 2013 à Bamako.

DSCN3960La formation avait pour but de former les jeunes ambassadeurs de la Planification Familiale au blogging et à l’utilisation des réseaux sociaux comme moyens d’information, de communication, de partage d’expérience en matière de la santé de la reproduction et comme outils de promotion de la Planification Familiale.

Durant les trois jours, les participants ont appris des notions de blog, de blogging, de blogueurs et de réseaux sociaux comme Facebook et Twitter. Ils ont appris à créer des blogs, à ouvrir les comptes Facebook et Twitter. Avec des exemples pratiques, les jeunes ambassadeurs de la Planification Familiale ont appris les modes d’animation de ces espaces numériques par des articles, des photos et des vidéos. Ils ont également appris les différentes modes d’utilisation de ces outils de manière personnelle et pour des activités professionnelles. Les participants ont surtout été motivés par les techniques d’animation d’un blog et les interactions sur Twitter. Il a été également expliqué aux participants, les différentes démarches à tenir pour maintenir vivant son blog et son activité sur les réseaux sociaux pour avoir plus de lecteurs et d’abonnés. Dans le cadre spécifique visé par la formation, les participants ont appris comment utiliser les blogs, Facebook et Twitter comme moyen de sensibilisation et de la promotion en faveur de la Planification Familiale. Les participants ont été contents de participer à une formation qui a levé le voile sur les avantages des Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication.

Prenant gout au blogging, les participants ont décidé de devenir de futurs blogueurs et futures blogueuses au Mali.

 

imagesQuelle imprimante pourrait imprimer le nombre de page que je pourrais remplir à ton nom ce soir ?
Combien de bics seraient vides, si je me mets à écrire sur ce que je pense sur toi ?
Combien de mots pleureraient en ton nom ce soir sous ma plume ?
Mais, je me contente de dire : « repose en paix », car je n’ai pas de mots
Je n’ai pas de mots car tous les mots sont insignifiants pour exprimer ce que je veux dire
Alors, je me tais, je me tais dans mes murmures internes

 

Astan coulibaly - Copie« Mes priorités pour Ségou sont le chômage des jeunes et la santé de la mère et de l’enfant »

A l’occasion des élections législatives, Yu Hong Wei, dite Astan Coulibaly, présente sa candidature à Ségou, région du centre du Mali. Cette mère de quatre enfants, et grand-mère, souhaite apporter sa contribution au développement de cette région. Astan Coulibaly s’exprime en Bambara et ses propos ont été traduits en français

Angaelections : Depuis combien de temps êtes-vous au Mali?

Astan Coulibaly : « Je suis installée à Ségou depuis 1982. Mon mari travaille à la Compagnie malienne de textile (COMATEX) et réside à Ségou ».

Angaelections : Pourquoi vous appelle-t-on Astan Coulibaly?

A. Coulibaly : « Grâce à mon mariage avec Amadou Coulibaly. J’ai connu mon mari dans les années 1970 alors qu’il poursuivait ses études en Chine ».

Angaelections : Quelle est votre profession?

A. Coulibaly : « Je suis une femme très active ! Je vends notamment des produits pharmaceutiques chinois, et m’intéresse beaucoup à construction et au transport ».

Angaelections : Qu’est-ce qui vous a poussé à être candidate ?

A. Coulibaly : « Mon amour pour Ségou. C’est la première fois que je me lance dans la politique. J’ai la ferme volonté d’aider la ville et j’estime avoir beaucoup à offrir à la population ».

Angaelections : Que comptez-vous faire une fois élue?

A. Coulibaly : « J’ai deux axes prioritaires, apporter des solutions au chômage des jeunes et  à la question de la santé de la mère et de l’enfant ».

Angaelections : Quelles sont vos ambitions politiques après les élections législatives?

A. Coulibaly : « Je me concentre sur les élections législatives. Après, on verra Inch’Allah ».

Source: www.angaelections.com 

Tagged with:
 
Accueil de la plateforme