Les céréales constituent des monnaies locales en été

En cette période hivernale, beaucoup de difficultés financières se posent aux populations villageoises. Tout le temps est presque consacré aux activités agricoles chez les hommes ainsi que chez les femmes. Avoir de l’argent liquide pour acheter les condiments, du lait, du sucre n’est pas facile pour tout le monde alors que ce sont des besoins vitaux.

Pour résoudre se problème, une des femmes du village se transforme en commerçante et les autres vont acheter chez elle avec des céréales : mil, haricot et autres. A chaque instant, nous voyons des femmes du village ou des petites filles envoyées par leurs mères, se diriger vers la maison de la vendeuse du village avec une petite calebasse qui contient soit du mil ou du haricot. Le contenu de la calebasse, une petite quantité de céréales sert à avoir soit des condiments, soit une quantité du sucre, du lait ou de beure de karité à la valeur de cent francs ou cinquante francs CFA. La vendeuse mesure la quantité de la céréale avec les récipients qu’elle possède pour ça et remet au porteur, la quantité de l’article demandé.  Elle se sert de la balance quand il s’agit des achats à haut de kilos ou de litre, mais quand il s’agit des petites quantités, la vendeuse détient des récipients appropriés pour cette mesure.

Ça se passe comme ça durant toute la semaine et le jour de la foire hebdomadaire, la vendeuse apporte ses sacs de céréales pour les vendre au marché. Cela constitue une opportunité de gains pour elle et permet aux populations villageoises de satisfaire leurs besoins financiers sans trop de soucis.

 

 

The following two tabs change content below.
Boukary Konaté
Je suis Boukary Konaté de Bamako au Mali.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.