Les différents modèles traditionnels de tresse au village

Si en ville, on va se tresser dans les salons à coup très élevé, les femmes du village, réciproquement se tressent sous les hangars ou dans les vestibules. Ce sont des modèles très simples. Beaucoup de femmes apprennent à tresser parce que, si tu sais tresser, tu ne paies pas quand tu veux te tresser. Tu tresses à son tour celle qui t’a tressée. Si tu ne sais pas tresser, tu paies celle qui te tresse, même si ce n’est pas très élevé. Chaque modèle de tresse a son spécifique.

Certains de ces noms sont :

Taankɔ = c’est de tout tresser du front à la nuque valable pour toutes les femmes (filles, femmes mariées et vieilles femmes)

Dembakun = une tresse spéciale pour la marraine d’un mariage

Jibatɔkun = une tresse spéciale pour une femme qui a accouché

Mariamudajɛngɛ = la bouche tournée de Mariam

Tassaba = la grosse tasse

Nankarabanin = la coquette

Wɔɔrɔnin = “le petit six”

Umukun = la tresse d’Oumou

Buguni = la petite case

Ce sont des jolis modèles simples sans avoir besoin de mélange de mèches aux cheveux.

 

 

The following two tabs change content below.
Boukary Konaté
Je suis Boukary Konaté de Bamako au Mali.

2 thoughts on “Les différents modèles traditionnels de tresse au village

  1. Je manque d’imagination, j’aimerais voir les images qui vont avec ! J’ai du mal à imaginer à quoi ressemble : “la grosse tasse” par exemple 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.